Aménager un périmètre maraicher

PAGE EN CONSTRUCTION…

L’enquête d’évaluation des périmètres maraîchers réalisée en 2012 par Essonne- Sahel, a mis en évidence l’impact des programmes PAPVD (Programme d’appui aux projets villageois de développement) et PACEDEL (Programme d’appui aux communes et au développement local), portés et pilotés par E-S de 1998 à 2012.

Grâce aux différents aménagements, le développement du maraîchage a contribué à l’amélioration du bol alimentaire des familles et plus globalement à l’économie rurale.

Pourtant, sauf dans quelques lieux, il est fait état de problèmes récurrents de :

  • Disponibilité et accès à l’eau : nombre de jardins sont alimentés par des puisards ou des puits en mauvais état et sont abandonnés ; ailleurs, les débits sont limités et la saison culturale réduite à quelques mois,
  • Clôtures : des grillages en mauvais état complétés par des branchages sont souvent les seuls moyens de lutte contre la divagation des animaux,
  • Approvisionnement en semences : faute d’une organisation des achats, les coûts sont prohibitifs
  • Stockage et commercialisation 

Face à ces besoins, tout en s’appuyant sur les expériences passées et les organisations en place, la conception de nouveaux projets d’aménagement/réaménagement intègre aujourd’hui les fondamentaux de la conduite de projet et une approche systémique du périmètre maraîcher.

Celui-ci est considéré comme un agrosystème dans lequel les différentes composantes (ressources naturelles, réalités socio-économiques) et leurs interactions doivent être prises en compte, pour la réussite et la pérennité de l’exploitation.

 

Conduire un projet d’aménagement d’un périmètre maraîcher

  1. Réaliser un diagnostic global du village

Le diagnostic est un préalable à tout projet d’aménagement / réaménagement réussi et durable d’un périmètre maraîcher. Il porte sur toutes les dimensions hydrogéologiques, économiques et sociales, et leurs interactions au sein de l’agrosystème maraîchage.

Les points incontournables de faisabilité du projet :

  • Etat des lieux exhaustif des points d’eau (caractéristiques, fonctionnelles, utilisation), 
  • Agriculture et ressources alimentaires,
  • Santé et hygiène,
  • Education,
  • Economie (capacités d’approvisionnement, d’écoulement),
  • Faisabilité sociale. 

2. Vérifier la disponibilité de l’eau pour satisfaire le besoin d’arrosage

On évalue le besoin, pour un arrosage manuel, de 35 à 40 m3 par jour pour 1 hectare. Mais celui-ci peut-être plus important en fonction du nombre d’exploitant-e-s. La capacité du forage/puits doit être suffisante pour alimenter les bassins de puisage pour l’arrosage du matin.

Dans le cas de l’arrosage au goutte-à-goutte, en moyenne le besoin est divisé par trois ou quatre.

3. S’assurer du droit d’usage officiel du terrain

Le diagnostic doit avoir identifié la possibilité de disposer d’un terrain à proximité des habitations, c’est-à-dire à moins de 10 minutes de marche.

Pour assurer la pérennité de l’usage du terrain et de ses équipements, une attribution officielle est indispensable. Celle-ci relève de la compétence de la sous-préfecture si la superficie du périmètre maraîcher n’est pas supérieure à 1 ha. L’attribution du terrain est faite à la commune aux fins de périmètre maraîcher sans possibilité d’achat. Celui-ci est mis à disposition à l’association villageoise chargée de la gestion des équipements collectifs. Lorsqu’il n’y a pas d’attribution officielle, la parcelle est soumise aux règles du foncier traditionnel qui ne permet pas d’attribution définitive.

4. Etablir le parcellaire

Lorsque l’exploitation est individuelle, il est nécessaire d’établir un parcellaire. En considérant que les équipements, les allées, les haies vives occupent environ 15 % de la surface, un terrain de 1 ha peut être loti en parcelles de 60 à 70 m2, qui correspondent en théorie à 80 maraîchères. L’exploitation étant individuelle, l’attribution est faite par tirage au sort, comme à Lambangoumbou, où les maraîchères disposent d’une parcelle de 7,10 m x 9, 90 m soit 65,3m2. A l’usage, le nombre d’exploitant-e-s peut être bien supérieur.

5. Clôturer le terrain

Le terrain est clôturé par un grillage pour protéger les cultures de la divagation des animaux. La plantation d’une haie vive est vivement préconisée pour servir de coupe-vent, lutter contre l’érosion et l’évapotranspiration. Les essences sont choisies pour leur résistance à la sécheresse, leur croissance, leur efficacité dans la protection, la facilité d’entretien, et l’utilisation des feuilles et fruits dans de nombreux produits dérivés : l’acacia sénégal (le gommier), Le ziziphus mauritiana (jujubier), le prosopis spp, l’acacia seal ou acacia scorpoïdes, le zatropha curicas (pourghère).

6. Réaliser les équipements de pompage, de stockage et de puisage

Ces équipements doivent permettre aux exploitant-e-s de disposer de l’eau nécessaire au moment des arrosages quotidiens, de faciliter le travail de puisage, et cela le plus tard possible dans la saison sèche fraîche (avril).

  • Le pompage : de plus en plus, on a recours au forage avec pompage a énergie solaire qui alimente un bassin de stockage (20 m3 en béton armé, surélevé et couvert à Lambangoumbo, 2 bassins communiquant : 1 couvert + 1 à ciel ouvert à Awoïny)
  • La distribution dépend du mode d’arrosage :
      • En arrosage manuel des canalisations relient le bassin de stockage aux bassins de puisage, de dimension standardisée à 5 m3, répartis au plus près des parcelles
      • En arrosage au goutte-à-goutte, le bassin de stockage est surélevé pour donner de la pression dans les conduites (5m à Awoïny) qui quadrillent le périmètre et alimentent les lignes de goutteurs.

Le goutte-à-goutte permet de réduire le travail d’arrosage et le volume d’eau consommée, tout en prolongeant la saison culturale.

7. Accompagner les producteurs/productrices

Formation aux techniques de production : en plus des notions de base (compostage, semis, repiquage, lutte contre les ravageurs), insister sur la lutte contre le gaspillage de l’eau par l’utilisation de l’arrosoir et de la bonne quantité d’eau ; plantation et entretien des haies vives.

  • Manuel sur les techniques de maraîchage dans la zone de Nioro-du-Sahel, Kared 2019

Appui à la dynamisation de la structure associative (gouvernance), organisation selon les compétences, responsabilités ;

Approvisionnement en semences : l’exemple des semences de pommes de terre est représentatif de la difficulté d’accès aux moyens d’approvisionnement (éloignement des zones de production et coûts élevés). Les producteurs ont le plus souvent recours à la technique des plants à partir de pommes de terre coupées, ce qui donne des rendements aléatoires. C’est ainsi que des maraîchers de la commune de Nioro-du-Sahel se sont lancé dans la production de semences, avec pour objectif de satisfaire la demande des périmètres maraîchers du cercle.   

  • Rapport Bilan de production APS, Kared 2019

8. Optimiser le calendrier cultural

Il y a encore quelques années, la saison du maraîchage commençait en octobre et se terminait en mars. Avec l’amélioration des techniques de maraîchage et l’accès à l’eau, la saison du maraîchage s’est largement étendue, pour aller dans certains cas jusqu’à l’année entière.

La prolongation du temps de maraîchage s’est faite grâce à :

  • L’amélioration des techniques d’arrosage avec l’arrosage localisé (le goutte-à-goutte). Ainsi, on peut poursuivre le maraîchage 3 mois après que le maximum de maraîchers a arrêté, en raison du manque d’eau et/ou de la chaleur élevée,
  • L’utilisation des variétés qui s’adaptent aux conditions de chaleur élevée (température qui s’élève jusqu’à 45° Celsius pendant en grande partie du cycle de la culture),
  • L’ensilage et le paillage pour réduire le taux d’évaporation, accentué par le vent chaud et sec des mois de mars, avril et mai. La clôture en haie vive plantée en quinconce, favorise aussi la création d’un micro-climat et protège du vent.
  • La diversification des spéculations (oignon, tomate, chou, laitue, carotte, betterave, pomme de terre, gombo, concombre, piment, niébé) et la recherche de variétés spécifiques pour les périodes de chaleur caniculaire du Sahel (de mars à juin). Ces spéculations sont très rentables économiquement en périodes de chaleur.

9. Développer les moyens de conservation, transformation et commercialisation